Renaissance Italie - Venise et le cas Titien
Italie - Maniérisme florentin   Flandres - Les Tapisseries

Italie - Venise et le cas Titien

     En 1554, le Titien invente une composition ternaire dans la représentation du Mythe, où Andromède n'est plus au centre, mais au premier plan sur le côté, l'arrière-plan servant au combat entre un Persée aérien et un Monstre marin. Cette composition deviendra la forme canonique du Mythe, et traversera les siècles et les sensibilités artistiques sans dommages.

 

1554, Le Titien, Tiziano Vecellio dit (1488-1576)

Titien [jpg, 85 ko]
Andromède attachée au rocher
Titien , 1554, Huile sur toile,
1,79 x 1,97 m
Londres, British Museum

     Le Titien incarne mieux qu'aucun autre artiste la peinture Vénitienne du XVIème siècle. Influencé par Giorgione (1478-1510), il développe rapidement son propre style, qui combine la Haute Renaissance avec des éléments Maniéristes. Peintre officiel de la République de Venise, succédant à Giovanni Bellini (c.1429-1516), il eut un nombre impressionnant de commissionnaires, des riches familles vénitiennes au Pape Paul III Farnèse (1468-1549), en passant par l'Empereur Charles Quint de Habsbourg (1500-1558). Il fut de plus le premier artiste dont la réputation dépassait celle de ses toiles, étant maître dans tous les genres : peintures mythologiques ou religieuses, portraits, sculptures sur bois, gravure, etc..

     Ce tableau fait partie d'un groupe de quatre toiles, Les Poésies, commandées par Philippe II d'Espagne (1527-1598, fils de Charles Quint) dans le but explicite d'avoir des nus féminins... Exécuté en 1554, le peintre remodèlera complètement le tableau après 1559 : des études aux rayons X ont révélé que l'Andromède de départ se situait à droite; les deux bras levés. Qu'est-ce qui a poussé le Maître à changer sa composition ? Sans doute a-t-il consulté une gravure de Bernard Salomon, parue en 1557, où la Princesse est représentée avec ses bras en "S". Reste qu'il innove sur trois points :

  • il place des branches de corail au sol :
  • Persée plonge "talon par-dessus tête"
  • il utilise une épée courbe : c'est la harpè.

Tous ces détails tendent à prouver que Titien a suivi à la lettre les Métamorphoses d'Ovide. Ce tableau sera finalement gravé par Giovanni Battista Fontana (1524-1587) en 1562, et de là connaîtra une grande diffusion.

     Par ailleurs, la position de la Princesse dont les formes dénoncent le début du maniérisme, montre que le peintre est également précurseur du mouvement baroque du siècle prochain ! Il ouvre ainsi une voie alternative à la peinture de Raphaël, et sera la référence italienne du peintre baroque Van Dyck, qui rachètera la toile, au siècle suivant.

Source du commentaire : Erwin Punofsky, Le Titien Question d'iconologie, 1989, Hazan.

 

1584, Véronèse, Paolo Caliari dit (1528-1588)

Véronèse [jpg, 25 004 octets]
Persée délivrant Andromède
Huile sur Toile, 2,60 x 2,11 m
Rennes, Musée des Beaux-Arts

     Maître de l'école vénitienne après l'apogée du Titien, Véronèse se spécialise dans les tableaux à grande échelle sur la vie de cour. Il reprend le thème de la Princesse dans un style classique parfaitement maîtrisé, aussi bien dans la virtuosité de la composition, avec une figure de Persée presque hélicoïdale, que dans l'harmonie des couleurs acides (roses, rouges et orangé). Il n'innove cependant pas dans la composition, usant celle définie par le Titien.

     Le tableau, exposé de façon continue en France, sera à son tour repris nombreuses fois, par François Lemoyne (1723), Charles-Joseph Natoire (1731) et sera notamment gravé par Louis Jacob (édition de 1742), ce qui assurera sa postérité.

Source de l'image : Site pour la promotion des musées de France : http://www.musexpo.com/france/rennes/rennes3.html#anchor915672 ; néanmoins, il vaut bien mieux consulter l'original sur place : Musée des Beaux Arts, 20 quai Emile Zola, RENNES.

 

1592-93, Giuseppe Cesari, aka Il Cavaliere d'Arpino (1568-1640)

Césari [jpg, 25 004 octets] Andromède
enchaînée
1592-93
Huile sur
ardoise,
0,69 x 0,51 m
Providence,
Rhodes Island
(USA)

     Giuseppe Cesari, dit Il Cavaliero d'Arpino fut le protégé du Pape Grégoire XIII puis de son successeur le Pape Clément VIII Aldobraridini. Il reçu de nombreux honneurs, fut fait chevalier de Saint Jean de Latran et décoré de l'ordre de Saint Michel par Le roi Louis XIII... Génie de l'intrigue qui sut faire valoir ses œuvres, fut-ce aux dépens d'autres artistes, il était très admiré durant son époque, malgré les critiques d'incorrection du dessin et de manière supérficielle qui lui reprochait notemment Annibale Carracci.

     Issu du maniérisme, comme le montrent bien les toiles ci-contre, il est pourtant l'un des fondateurs du classique qui tend vers un retour aux formes simples. On retiendra surtout ici que ce fut un des peintres les plus fascinés par le Mythe, on recense pas moins de huit toiles consacrées, par lui ou par son entourage ! Outre celles-ci contre, on connait encore une Andromède à Vienne et une Andromède liée au rocher au Palais Borghese à Rome.

     On peut déceler dans sa toile toute l'influence du graveur hollandais Hendrick Goltzius, dont le peintre à repris la composition et les principales figures en changeant inversant la Princesse. Le traitement du Héros et de ¨Pégase est également identique. C'est bien sûr une toile des plus maniéristes, notamment par le drapé de la cape de Persée et les effets de vagues, ainsi que par la pose ondulée de la Princesse.

     Il est intéressant de noter la différence de composition entre les deux toiles présentes : le peintre a créé un tout nouvel équilibre en modifiant simplement la tête du Monstre ! Cela implique en effet une nouvelle relation d'Andromède au Monstre, la Princesse, plus grande que précédemment ne semblant pas craindre le danger si proche, et nous invite à ne pas prendre trop au sérieux la scène. Persée dont la figure dominait dans la première toile, n'est plus qu'une illustration dans la seconde.

 

Source du commentaire :

  • l'excellent compte-rendu d'un colloque sur Andromède ou le héros à l'épreuve de la beauté, 1995, éditions Klinsksieck, qui s'est tenu au Louvre.
  • Une référence en matière de d'art : le Dictionnaire des peintres sculpteurs dessinateurs et graveurs de Bénézit E, paru chez Gründ en 1999.

Source d'une image

Arpino [jpg, 34 ko] Andromède
enchaînée
1594-98
Huile sur
ardoise,
Localisation
inconnue
Arpino [jpg, 34 ko] La libération d'Andromède
Huile sur
ardoise,
0,52 x 0,28 m
Berlin,
Gemäldegalerie

Les copies d'Arpino

Hum... Ce peintre copia ou fut copié de nombreuses fois... Voici la meilleure preuve de la popularité de la composition Titianesque.

Arpino [jpg, 78 ko]   Arpino [jpg, 67 ko]   Arpino [jpg, 31 ko] Arpino [jpg, 31 ko]

 

Renaissance Italie - Venise et le cas Titien
Italie - Maniérisme florentin   Flandres - Les Tapisseries
[Renaissance]

Updated : 18/06/01 Copyright © A.Matthieu : a_matthieu@yahoo.fr
Sommaire à la page http://amweb.free.fr/andart/